ÉTUDES SPS

2018

Rapport de recherche sur la santé des soignants

Rapport détaillé de l’étude ODOXA / MNH / SPS / Université Bourgogne Franche Comté (Didier Truchot)
télécharger l’étude
Communiqué de presse
télécharger le CP
Présentation de l’étude ODOXA / MNH / SPS / Université Bourgogne Franche Comté (Didier Truchot)
télécharger l’étude

2017

Impact des agents stresseurs sur la santé des soignants

Pour en savoir plus :
télécharger le dossier de presse
télécharger l’étude

Résultats de l‘enquête du Réseau Morphée (sommeil)

Pour en savoir plus :
télécharger le dossier de presse
télécharger l’étude

Suicide et professionnels de santé

Pour en savoir plus :
télécharger le dossier de presse
télécharger l’étude

2016

Stethos « Attentes des professionnels de santé en cas de souffrance psychologique »

50% des soignants ne savent pas à qui s’adresser en cas de souffrance et près de la moitié des répondants (et jusqu’à 65% des médecins) pensent que la qualité des soins prodigués par des professionnels de santé en souffrance psychologique pourrait en effet être affectée au point de mettre en danger la vie du patient

Leurs attentes :
Les psychologues sont les interlocuteurs privilégiés dans plus de 50% des cas
75% des répondants souhaitent l’écoute psychologique, l’orientation, le suivi et l’accompagnement.
70% sont demandeurs de consultations physiques auprès de psychologues, médecins généralistes, psychiatres.

Pour en savoir plus :
télécharger le dossier de presse
télécharger l’étude

2015

Stethos « Souffrances des professionnels de santé »

• 50% des soignants sont ou ont été concernés par le burn out
• 14% par des conduites addictives
• 80% souhaitent être pris en charge dans un centre qui leur soit spécifique, de préférence éloigné de leur lieu d’exercice.Pour en savoir plus :

Pour en savoir plus :
télécharger le dossier de presse
télécharger l’étude

Souffrances des professionnels de santé : réalités et nécessités de soins dédiés

Par Pierre Carayon
Les vulnérabilités des professionnels de santé, soignants mais aussi gestionnaires, se manifestent dans leurs identités professionnelles, et donc dans leurs responsabilités (au-delà de leurs santés elles-mêmes) d’abord par un burn-out (au moins une fois chez 47 % des médecins libéraux, et même 53% en Ile de France) puis par des addictions (8 à 10 %), avec des drames humains, personnels et familiaux, et, trop souvent, par un suicide (14 % des décès des médecins libéraux)

Pour en savoir plus :
télécharger le rapport